Nikko, le plus beau sanctuaire du Japon ?

Visiter Nikko Japon

Il existe de très nombreux sanctuaires au Japon. Parmi eux, le sanctuaire de Nikko (Nikkō Tōshō-gū), niché dans les montagnes au Nord de Tokyo, se démarque très clairement de par son architecture, ses couleurs et le détail de ses sculptures. Il est aussi particulier car il fut le théâtre de la fusion entre le shintoïsme et le bouddhisme pendant des siècles. De plus, il abrite la tombe du Shogun Tokugawa Ieyasu, une figure parmi les plus importantes de l’histoire du pays.

Alors, le Nikkō Tōshō-gū est-il le plus beau sanctuaire du Japon ? Pour nous, la réponse est oui. Et on vous explique pourquoi dans cet article.

Visiter Nikko : en pratique

Pour commencer, il faut savoir que la ville de Nikko et le sanctuaire se trouvent à 140 kilomètres de Tokyo. Pour y arriver, il faut prendre le shinkansen depuis la capitale jusqu’à Utsunomiya. Puis prendre le train de la Nikko Line jusqu’au centre-ville. Ensuite il vous faudra parcourir encore 2,5 kilomètres pour monter jusqu’au sanctuaire Tōshō-gū (nous l’avons fait à pied mais il y a aussi un bus).

Il est possible de visiter le Nikkō Tōshō-gū en une journée en faisant l’aller-retour depuis Tokyo. Mais ça fait une grosse journée et il serait dommage de devoir se presser dans un endroit aussi unique.

Nous avons passé la nuit à Nikko (au Nikko Park Tobu Station Lodge) et repris le train pour Tokyo le lendemain pour prendre notre temps.

Les choses à voir à Nikko

Avant d’atteindre le Toshogu

Pont Shinkyo

Pont Shinkyo Nikko
Le pont Shinkyo est le premier point par lequel vous passerez en visitant Nikko.

La première chose sur laquelle vous tomberez en vous approchant du sanctuaire c’est le pont Shinkyo. La nouvelle route passe juste à côté donc vous ne pouvez pas le rater. Ce joli pont traditionnel peut être parcouru à pied. Son rouge cramoisi contraste avec les couleurs plus douces de la forêt qui l’entoure. Une jolie entrée en matière.

En montant à pied vers le sanctuaire, vous pourrez déjà voir quelques jolies constructions traditionnelles, une belle fontaine avec un dragon et la statue d’un guerrier qui toise les visiteurs.

Temple Rinnoji

Rinnoji Nikko
Le toit du temple Rinnoji.

Lorsque vous foulerez les premiers pavés du domaine du Tōshō-gū, vous passerez d’abord par le temple bouddhiste de Nikkozan Rinnoji. Construit en 766, il est composé de plusieurs édifices comme l’impressionnant Sanbutsudo qui renferme 3 Bouddhas. Il y a aussi la maison du trésor Rin-no-ji.

Nikko Toshogu Museum

Torii Ishitomon
Le musée se trouve non-loin du grand torii de pierre Ishitomon.

En suivant le chemin qui mène au cœur du sanctuaire, vous verrez le musée sur votre droite. En plus de nous abriter du vent glacial qui souffle souvent là-haut, il permet d’en apprendre plus sur l’histoire du sanctuaire, les rites, coutumes et la culture de l’époque. On peut y voir une magnifique collection de katanas, d’armures, de tissus, de décorations et d’objets en tous genres.

La pagode Toshogu Gojunoto

Pagode de Nikko
La pagode à 5 niveaux actuelle date de 1818.

En passant sous le grand torii de pierre, dernière étape avant de pénétrer dans le sanctuaire, on passe devant la grande pagode à 5 niveaux. On peut l’admirer de près comme de loin sur cette large esplanade de grandes pierres pavées.

La pagode actuelle date de 1818. Elle remplace l’originale de 1650 qui a brûlé en 1815. A l’intérieur, un grand mât de bois est suspendu depuis le 4ème niveau afin d’apporter de la stabilité à la structure en cas de séisme. Un espacement est laissé entre le mât et la fondation pour éviter qu’il ne traverse le toit lorsque la pagode se tassera avec le temps.

Au cœur du sanctuaire Toshogu

Shinkyusha

Singes de la sagesse
Les 3 singes de la sagesse décorent la façade de l’écurie sacrée.

L’une des première choses à voir après avoir passé l’Omotemon (la porte d’entrée du sanctuaire), c’est l’écurie sacrée Shinkyūsha qui hébergeait autrefois le cheval du Shogun. En comparant avec les autres sanctuaires du pays, on voit tout de suite à quel point Nikko se démarque. Toutes les constructions sont richement décorées et sculptées. L’écurie est connue pour les 3 singes de la sagesse sur sa façade : Mizaru (ne pas voir le mal 🙈), Iwazaru (ne pas dire le mal 🙊) et Kikazaru (ne pas entendre le mal 🙉).

Sanjinko

Sanjinko
Ces bâtiments abritent les tenues traditionnelles du festival de Nikko.

En face de l’écurie, il y a trois grandes maisons toutes aussi belles : Shimojinko, Nakajinko et Kamijinko. Elles renferment une centaine de tenues différentes qui sont portées chaque année par les 1200 participants du festival du Nikko Toshogu.

Des rangées de lanternes de pierre se dressent devant ces trois maisons qui, comme le reste du sanctuaire, sont décorées d’or, de vert et de marron…

Yomeimon

Yomeimon Nikko
La porte de Yomeimon est la plus richement décorée de tout le Japon.

Plus on s’avance loin dans le sanctuaire, plus on remarque que les constructions sont riches. La porte de Yomeimon, qui se dresse en haut d’un escalier, est la porte la plus extravagante du Japon. On ne compte pas moins de 508 sculptures d’oiseaux, d’animaux fantastiques, d’humains et de scènes représentant les accomplissements de Tokugawa Ieyasu, dont la tombe se situe plus haut dans le sanctuaire.

A l’arrière de la porte, un pilier est monté à l’envers pour la considérer comme non terminée. Selon la tradition, une porte totalement finie serait synonyme de mauvais sort.

Karamon

Karamon Nikko
La porte Karamon est destinée à n’être utilisée que par les personnes les plus importantes.

Une autre porte tout aussi belle que la précédente. Celle-ci est cependant décorée de manière différente, avec principalement du blanc et du doré. Seules les personnes les plus importantes ont le droit de franchir le seuil de cette porte. Des animaux fantastiques en gardent l’accès : deux dragons sur les côtés, des lions chinois (baku) et d’autres dragons sur le haut.

Nemuri Neko

Nemuri Neko
Le petit chat de Nemuri Neko monte la garde à l’entrée de la tombe de Tokugawa Ieyasu.

C’est l’une des sculptures les plus connues du sanctuaire de Nikko. Le chat qui dort et protège l’entrée à la tombe de Ieyasu. Il symbolise la force alors que les deux moineaux au verso de la sculpture représentent la faiblesse. Une cohabitation qui symbolise la période de paix recherchée par Ieyasu après des siècles de guerre civile.

La tombe de Tokugawa Ieyasu

Tombe Tokugawa Ieyasu
La porte d’entrée à la tombe de Tokugawa Ieyasu.

S’ensuivent 207 marches toutes taillées dans des blocs de pierre uniques. Elles mènent à la tombe de Tokugawa Ieyasu, le premier Shogun de la dernière et plus longue dynastie samouraï du Japon (1603 à 1867). Il repose depuis 1617 sous une pagode 5 mètres de haut faite d’un alliage d’or, d’argent et de bronze. Le parcours de la visite fait le tour de la tombe avant de redescendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page